L’écriture inclu·QUOI ?

Écriture inclu-QUOI

Comme vous le savez, je m’intéresse beaucoup à la modernisation de la langue française. Je préfère utiliser le terme « modernisation », car lorsque l’on parle de « rectification », les gens s’emballent et s’imaginent qu’on a fait une réforme. Vous pouvez recommencer à respirer et cessez de trembler : la graphie traditionnelle est encore acceptée et a toujours bon usage ; personne ne vous mettra en prison ou ne vous traitera d’inculte parce que vous écrivez encore « nénuphar, goût et coût » au lieu de « nénufar, gout et cout » (voir mon texte « Connaitre le gout du nénufar »).

Comme vous pouvez désormais le constater sur la page d’accueil de mon blogue, j’utilise désormais le terme « autrice » au lieu de « auteure » (l’adresse web ne changera pas, il y a trop d’implications pratiques !). Pour les fervents de la racine latine des mots (qui sautent souvent sur leurs grands chevaux — et non pas chevals ! — en ce qui concerne toute modernisation de la langue), sachez que les noms passent de –teur à –trice lorsqu’ils viennent de noms latins se terminant par –tor et –trix (dixit le site de l’Office québécois de la langue française). Nous parlons donc ici de la rectification d’une erreur orthographique instaurée volontairement par pur sexisme.

D’accord, d’accord, je commence à entendre certaines gens ronfler, d’autres se prendre la tête à deux mains en regardant leur écran d’ordinateur ou de téléphone intelligent et quelques-uns se servir un verre de vin avant de relire le paragraphe précédent. Ne vous en faites pas, je ne suis pas très (pas du tout même) latin ; c’était pour satisfaire les puristes.

Retournons à nos moutons·brebis (on est inclusif ou on ne l’est pas!).

Qu’en est-il des déclarations comme « Le masculin l’emporte sur le féminin », « Le masculin inclut le féminin dans ce texte », et autres inepties venant d’une époque révolue ? Elles prennent doucement, mais résolument, la porte, parce que les femmes n’étaient rien (ou si peu) et que nous avons décidé, tout récemment d’un point de vue historique, de changer les choses et de prendre notre juste place. Je sais, ce n’est pas très scientifique ou intellectuel comme explication. Eh oui, l’égalité des sexes passe par la présence égalitaire de notre genre dans l’écriture française. Purement et simplement. On pourrait se partir un beau débat, mais ce n’est pas mon intention. Je suis féministe et je suis en accord totale avec une modernisation de notre langue. Il y a aussi notre société moderne qui évolue vers la non-discrimination des genres. Dans la vie, si tu ne t’adaptes pas, tu meurs, point à la ligne. Ronchonner ne vous donnera rien, juste à avoir l’air idiot dans quelques années.

Mais, tout d’abord, qu’est-ce que l’écriture inclusive ?

Comme souligné plus haut, c’est un type d’écriture axé sur la minimisation de la discrimination sexuelle. L’une des options est de rédiger les textes en incluant les deux genres, soit à l’aide de points médians par exemple, soit avec des tirets, des parenthèses ou des barres obliques. Toutefois, le point médian semble gagner la course jusqu’à maintenant, au grand damne des vieux croutons de l’Académie française. En voici un exemple :

Cher·e·s lecteur·rice·s, je vous invite dans le merveilleux monde de la langue française. Peu importe votre métier : instituteur·rice, camionneur·euse, conseiller·ère en finance, adjoint·e administratif·ive.

La plupart des textes ne seront pas modifiés aussi drastiquement, ceci est une dramatisation. Un autre bon moyen de pratiquer l’inclusion est de rédiger de manière épicène, c’est-à-dire en utilisant un langage neutre ou dégenré (et non pas « dégénéré » … décidément, MS Word et Antidote sont contre moi sur ce sujet). Cette méthode de rédaction vise à remplacer des termes genrés par des termes neutres, comme ci-dessous :

Des gens de toutes nationalités travaillent au projet.

En rédaction inclusive, nous écririons donc :

Des travailleur·euse·s de toutes nationalités travaillent au projet.

Mais, comment ça se prononce cette bibitte-là? Au choix. Pour reprendre l’exemple susmentionné, on peut prononcer « travailleureuses » ou bien « travailleurs et travailleuses ». Donc, acteur·rice·s devient soit acteurices ou bien acteurs et actrices, etc. Personnellement, je préfère la seconde option afin de ne pas faire faire une dépression ou une crise de nerfs à qui que ce soit. Soyons indulgents! Et pour ceux qui semblent tomber des nues, je vous ferai remarquer que l’écriture inclusive fait partie de la langue française du Québec depuis un bon bout de temps, soit avec l’utilisation des parenthèses au lieu du point médian ou par l’utilisation du mot masculin suivi du mot féminin.

Là, je vous le dis tout de suite, même le correcteur Antidote en perd son latin! Une petite mise à jour serait de mise.

Quelques ressources intéressantes sur le sujet :

  • Étonnement, la première source d’information vraiment utile que j’ai trouvée sur le web en un seul clic provient du site de l’Université McGill (c’est à n’y rien comprendre…). Dans les ressources rapides, vous y trouverez un lien vers le Manuel de l’écriture inclusive, ce qui est un très bon point de départ. Vous y dénicherez une foule d’exemples pratiques ainsi que la façon de modifier votre clavier afin d’éviter de devoir faire dix fois de suite « ALT + 0183 » (ça vous coupe l’inspiration mes ami·e·s).
  • L’Université de Montréal a également mis son grain de sel avec son Guide de rédaction inclusive.
  • Vous trouverez aussi de l’information additionnelle complète sur le site web de l’Office québécois de la langue française (personnellement, ma bible lorsque je me pose des questions sur l’utilisation de notre belle langue).
  • Si vous désirez vous plonger plus dans le sujet, il y a aussi ce petit bijou de Nicolas Mantran qui traite en partie de la mise en pratique sur le marché du travail des différentes formes d’écritures inclusives.

Quand on commence à fouiller sur le web, on peut y passer des heures ! Que faisions-nous avant l’arrivée du World Wide Web ? Ah oui, on cherchait de l’information dans les revues mensuelles du Reader’s Digest !

Mon seul regret dans toute cette nouvelle évolution de la langue française est que je ne peux pas faire étalage de tout mon savoir et de ma passion sur mon lieu de travail, puisque, à quelques exceptions près, tout se passe exclusivement en anglais. « Well, we can’t win them all! », comme le dirait ma patronne !

Une réflexion sur “L’écriture inclu·QUOI ?

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s