La beauté de la lecture version livrel*

Pikrepo.com

Je vous prépare mentalement, car j’ai des problèmes logistiques avec le programme de création de livres brochés d’Amazon et il est possible que le dernier tome de ma trilogie, Malaimés, ne soit malheureusement pas disponible en ce format (mais il est PRÉSENTEMENT offert en version électronique sur Amazon et Kobo.

D’accord, je sais, je sais : l’odeur du papier, sa texture, etc. Ahhhh, l’éternelle bataille épique entre la modernité et la nostalgie d’un temps révolu (ou presque… si les disques vinyle existent toujours, alors je présume que les livres papier sont là pour rester encore quelque temps !). Je vous déclare cependant une chose : essayer la lecture électronique c’est l’adopter (et votre portefeuille vous en remerciera !). Ayant des douleurs aux mains dues à l’arthrose, je ne me vois plus tenir un lourd roman pendant des heures ; vivre le livrel !

Il n’est pas nécessaire de posséder une liseuse pour lire en version électronique, surtout si vous n’êtes pas un·e grand·e lecteur·trice ou si vous n’êtes pas encore certain·e de vouloir faire inconditionnellement le saut vers le livrel. Je vous invite d’ailleurs à relire un article que j’ai écrit à ce sujet en 2015 : Entre les deux, mon cœur balance. En lecture électronique, vous avez principalement le choix entre l’EPUB (Kobo) et le MOBI (exclusif à Kindle). Pour ce qui est de la version EPUB, il vous suffit de télécharger un lecteur adapté afin de pouvoir lire sur votre ordinateur, votre tablette ou bien votre téléphone intelligent. En ce qui concerne le format Kindle, il vous suffit d’ouvrir un compte Amazon (facile à créer si vous en avez pas déjà un), et voilà ! Vous n’avez qu’à vous brancher sur le « Kindle Cloud Reader » pour livre sur votre ordinateur ou bien télécharger l’application Kindle sur votre tablette ou votre téléphone intelligent pour avoir accès à votre bibliothèque. Une fois branché, vous pouvez activer la lecture hors ligne pour lire sans être connecté à l’internet.

Habituellement, tous les lecteurs de livrel permettent de modifier l’éclairage du programme, parfois en rajoutant une couleur crème ou rosée afin d’atténuer le contraste noir sur blanc qui peut être difficile pour les yeux à long terme. Il est certain que si vous n’avez pas de problème à investir un peu, la liseuse, avec son encre électronique douce pour les yeux, est l’idéal (voir : E-ink, mon amie !, également publiée en 2015).

Au Québec, les éditeurs traditionnels ne baissent généralement pas le prix de plus de 30 % pour un livrel par rapport à son équivalent papier. Toutefois, si vous désirez varier vos lectures au-delà des auteurs traditionnels ou des traductions de livres anglophones, je vous invite à ouvrir votre champ d’intérêt aux auteur·trice·s indépendant·e·s. Le cout des livres offerts est généralement sous les six dollars (plusieurs d’entre eux font des promotions à moins d’un dollar ou offrent même leurs œuvres gratuitement pour quelques jours) et la grande partie des redevances va à l’auteur.

Il faut vivre avec son temps et s’adapter à la technologie à défaut de quoi on reste ancré dans le passé. Ne condamnez pas le livrel à un rejet catégorique par pure idéologie sans même lui laisser une chance de gagner votre cœur !

* Le livrel est à la fois le support électronique sur lequel le livre est lu et son format. Afin de simplifier le texte, le terme conventionnel « liseuse » été employé pour décrire le support sur lequel le livre électronique est consulté.

Entre les deux mon cœur balance !*

Entre les deux, mon coeur balance

Mais non mes amis, mon cœur ne se balance pas entre deux soupirants! En fait, le mien ne se balance plus, il a trouvé son « match ». Toutefois, le cœur de plusieurs d’entrevous semble toujours se trouver dans l’indécision.

Depuis mon dernier texte concernant les nombreux bénéfices de l’encre électronique (E-ink, mon amie !), plusieurs personnes m’ont dit encore hésiter entre une liseuse et une tablette. Je dois alors leur poser des questions afin de connaitre l’utilisation prévue pour qu’ils fassent le bon choix. Ce n’est pas parce que, pour moi, la liseuse Kindle était la réponse à mes prières (figurativement parlant!) que c’est la même chose pour tout le monde. La liseuse est limitée graphiquement et fonctionnellement comparativement à la tablette électronique. Je vous ai préparé deux petites listes de contrôle tout simple afin que vous puissiez évaluer adéquatement vos besoins.

Entre les deux, mon coeur balance (2)

Il vous suffit maintenant de comparer le nombre de crochets dans chacun des tableaux. Toutefois, si vous avez répondu par l’affirmative pour l’une des options inscrites en gras et que c’est un point important pour vous, je vous suggère fortement d’évaluer la possibilité de choisir cet appareil. Qu’arrive-t-il si vous avez choisi les deux options inscrites en gras et qu’elles sont toutes deux importantes pour vous? Il n’y a aucun mal à avoir à la fois une liseuse et une tablette. Il y a des modèles disponibles dans les deux clans à moins de 100 $.

Si vous êtes un lecteur compulsif, vous dépensez probablement entre 15 $ et 50 $ par mois en livres (c’était mon cas). Avec une liseuse ou bien une tablette, ce montant se verra diminuer de 50 % à 90 %, surtout si vous achetez vos livres sur Amazon.

Pourquoi ne pas vous faire un cadeau cet été : choisir la légèreté, l’économie et l’ergonomie. Ce sera un petit investissement qui vous sera des plus bénéfiques.

Bon été… et bonne lecture électronique!

* La graphie rectifiée est appliquée à ce texte.